Glossaire

 

A - C

 


A

ABVD : chimiothérapie combinée couramment utilisée pour traiter le lymphome de Hodgkin. Les médicaments utilisés sont adriamycine, bléomycine, vinblastine et dacarbazine (DTIC).
Acquisition de pouvoir ou contrôle : fait d’avoir le droit de faire ses propres choix et la capacité d’agir en conséquence.
Adénophathie (lymphadénopathie) : tuméfaction ou agrandissement des ganglions lymphatiques en raison d’une infection ou d’un cancer.
ADN (acide désoxyribonucléique) : bloc de construction pour tout le matériel génétique. Il s’agit d’une molécule à l’intérieur des cellules qui porte les renseignements génétiques et les transmet d’une génération à l’autre.
ADN (acide désoxyribonucléique) : partie de la cellule qui contient et commande tous les renseignements génétiques.
Adriamycine : médicament chimiothérapeutique (le nom générique est doxorubicine) couramment utilisé pour traiter le lymphome de Hodgkin et d’autres formes de lymphome.
Aigu : qualifie l’apparition soudaine d’une maladie ou de symptômes.
Aine : zone où la cuisse rejoint la hanche.
Alopécie : perte des cheveux sur la tête ou des poils sur tout le corps. L’alopécie peut être causée par certains médicaments chimiothérapeutiques.
Alprazolam : médicament utilisé pour traiter l’anxiété ou l’insomnie. L’un des noms commerciaux est XanaxMD.
Amélioration : terme utilisé lorsque la taille d’une tumeur a diminué tout en restant plus grande que la moitié de sa taille initiale.
AMGEN : société pharmaceutique fabriquant des médicaments pour le traitement des maux causés par le traitement anticancéreux. Le NeupogenMD (G-CSF), qui stimule la production des globules blancs, est fabriqué par l’AMGEN.
Analgésique : médicament soulageant la douleur. Les types courants sont l’aspirine, l’acétaminophène (la marque la plus répandue étant TylénolMD) et l’ibuprofène (la marque la plus répandue étant MotrinMD).
Anaplasique : terme utilisé pour décrire des cellules qui se divisent rapidement et qui ont perdu leur aspect d’origine. Les cellules anaplasiques grandissent sans forme ni structure et se trouvent dans presque tous les cancers.
Anémie aplasique (AA) : déficience de certains types de cellules sanguines causée par un mauvais fonctionnement de la moelle osseuse.
Anémie : état causé par une réduction de la quantité de globules rouges produits par la moelle osseuse. Elle provoque une faiblesse et un manque d’énergie, des étourdissements, des essoufflements, des maux de tête et une irritabilité.
Antibiotique : médicament qui tue ou réduit la croissance d’une infection bactérienne.
Anticorps : protéine (immunoglobuline) formée par l’organisme pour combattre les infections. Les anticorps sont produits par les plasmocytes (cellules B matures) en réponse aux antigènes. Les anticorps sont libérés par les plasmocytes dans le système circulatoire sous forme d’images symétriques exactes d’un antigène spécifique.
Antiémétique : médicament qui réduit ou prévient les nausées ou les vomissements. Deux médicaments antiémétiques relativement nouveaux pour les nausées provoquées par une chimiothérapie sont le ZofranMD et le KytrilMD.
Antigène CD20 : protéine se trouvant à la surface des cellules B. L’antigène CD20 sert de cible pour la thérapie par anticorps monoclonal dans certains types de LNH.
Antigène CD30 : protéine se trouvant à la surface de certaines cellules T. On peut trouver cette protéine pendant la biopsie et, si elle est présente, elle sert à confirmer le diagnostic d’un certain type de LNH à cellules T : le lymphome anaplasique à grandes cellules, du type cutané primaire.
Antigène CD38 : protéine à la surface de certaines cellules immunitaires. La présence de CD38 dans la LLC peut servir à établir un pronostic.
Antigène CD5 : protéine à la surface de certaines cellules B. On peut trouver cette protéine pendant la biopsie et, si elle est présente, elle sert à confirmer le diagnostic de certains types de LNH.
Antigène : substance capable de stimuler une réponse immunitaire. La réponse peut être dirigée contre des substances chimiques étrangères ou des protéines à la surface d’agents infectieux, de cellules tumorales, ou de cellules tissulaires étrangères.
Antigènes d’histocompatilité (HLA) : ensemble de six antigènes servant à faire correspondre un donneur de sang ou de moelle osseuse avec un receveur. Ces antigènes apparaissent sur les globules blancs ainsi que sur les cellules de presque tous les autres tissus et sont analogues aux antigènes des globules rouges (type A, B, O, etc.). Par la détermination des types des antigènes HLA, les donneurs et les receveurs de globules blancs, plaquettes et organes peuvent être appariés pour assurer une bonne performance et une survie des cellules transfusées et transplantées.
Antinauséeux : médicament qui prévient les nausées.
Antipyrétique : médicament qui réduit la fièvre.
Aphérèse : prélèvement de cellules souches du sang périphérique par un dispositif similaire à une machine de dialyse. Le sang peut être prélevé au moyen d’un cathéter ou, si les veines du patient sont bonnes, dans les bras. Il faut un à cinq jours pour rassembler suffisamment de cellules pour une greffe autologue de cellules souches, en fonction de la quantité de cellules souches que le patient possède dans son sang.
Apoptose : mort cellulaire programmée. Si l’apoptose est affectée, la cellule ne meurt pas, ce qui entraîne un état malin/cancéreux.
Aspiration de la moelle osseuse et biopsie : prélèvement et analyse d’un échantillon de moelle osseuse, habituellement au moyen d’une aiguille insérée dans l’os de la hanche. Un pathologiste examinera l’échantillon à la recherche de cellules normales et éventuellement anormales.

B

Bas grade : catégorie de LNH à croissance lente désignant généralement une faible croissance. Les types de LNH qui sont de bas grade (indolents) sont les LNH lymphocytique à petites cellules, folliculaire à petites cellules clivées, folliculaire mixte, diffus à petites cellules clivées, diffus à différenciation intermédiaire et T cutané (mycose fongoïde).
Bêta-2-microglobuline (B2M) : protéine se trouvant dans la circulation sanguine et qui, si elle est présente en grandes quantités, peut indiquer une forme plus agressive de lymphome.
BexxarMD : anticorps monoclonal radiomarqué dans des essais cliniques en tant que traitement pour un LNH à cellules B.
Biopsie des ganglions lymphatiques : habituellement la première étape du diagnostic du LNH. Une partie ou la totalité du ganglion lymphatique est enlevée (par un chirurgien) pour être examinée au microscope. Une biopsie du ganglion lymphatique est un procédé efficace pour déterminer si un ganglion lymphatique est malin (cancéreux) ou bénin.
Biopsie par aiguille : un échantillon de tissu est prélevé à l’aide d’une aiguille et examiné au microscope.
Biopsie : prélèvement d’une petite partie de la tumeur pour l’examiner au microscope. Une biopsie est une méthode efficace permettant de déterminer si une tumeur est maligne (cancéreuse) ou bénigne.
Bléomycine : Chimiothérapie couramment utilisée pour lutter contre le lymphome de Hodgkin.

C

Cancer : terme généraliste englobant plus de 100 maladies qui sont caractérisées par une croissance anormale et incontrôlée des cellules. Les cellules cancéreuses peuvent se propager à travers la circulation sanguine et le système lymphatique vers d’autres parties du corps. Le lymphome est un sous-ensemble de cancers qui apparaissent dans le système lymphatique. Tumeur maligne.
Cancérigène : substance qui provoque le cancer.
Cathéter (voir également cathéter veineux) : dispositif, généralement un tube souple, qui est utilisé pour transporter des médicaments dans le corps (à travers une veine) ou pour extraire des fluides (p. ex., l’urine) hors du corps.
Cathéter central : cathéter intraveineux qui est inséré dans une grande veine, généralement dans le cou ou près du cœur. Il permet d’administrer un médicament ou de prélever du sang.
Cathéter veineux central : tube souple mince particulier placé dans une grande veine. Il reste dans son site d’insertion autant que nécessaire pour administrer ou prélever des fluides.
Cathéter veineux : dispositif, généralement un tube souple, servant à transporter des médicaments dans le corps (par une veine) ou à extraire des fluides (p. ex., de l’urine) hors du corps.
Cellule B : type de lymphocyte (type particulier de globule blanc). Les cellules B répondent à la présence d’antigènes en se divisant et en maturant en plasmocytes.
Cellule de Reed-Sternberg : type de cellule se trouvant dans le lymphome de Hodgkin, mais pas dans le LNH.
Cellule sanguine : terme généraliste décrivant les trois composants cellulaires du sang (globules blancs, globules rouges et plaquettes), qui sont tous produits dans la moelle osseuse.
Cellule T (lymphocyte T) : sous-ensemble de lymphocytes qui reconnaissent et détruisent les cellules anormales du corps (p. ex., les cellules infectées par des virus et les cellules cancéreuses) et qui jouent un rôle important dans la lutte contre les infections. Le T signifie thymus, la glande où maturent les cellules T.
Cellule : bloc de construction fondamental de tous les tissus vivants.
Cellules souches : cellules primitives majoritairement situées dans la moelle osseuse, mais aussi dans la circulation sanguine. Les cellules souches sont capables de devenir plusieurs types de cellules sanguines matures, ce qui les rend efficaces dans la régénération des systèmes circulatoire et immunitaire en cas de lésion.
Champ de radiation : partie du corps qui reçoit un traitement par radiation.
Charge tumorale : quantité de cellules cancéreuses présentes dans l’organisme.
Chimiorésistant : terme servant à décrire une tumeur qui ne répond pas à une chimiothérapie.
Chimiosensible : terme servant à décrire une tumeur qui répond à une chimiothérapie
Chimiothérapie à agent unique : traitement chimiothérapeutique qui n’utilise d’un seul médicament chimiothérapeutique.
Chimiothérapie CHOP : traitement chimiothérapeutique combiné qui consiste en trois médicaments chimiothérapeutiques individuels (cyclophosphamide, doxorubicine et vincristine) et en un médicament à base de stéroïdes (prédnisone). CHOP est l’un des régimes chimiothérapeutiques les plus couramment utilisés pour le LNH.
Chimiothérapie combinée : utilisation de plusieurs médicaments pour traiter un cancer. Certaines associations sont ABVD (Hodgkin) ou CHOP (LNH).
Chimiothérapie CVP : traitement chimiothérapeutique combiné qui consiste en deux médicaments chimiothérapeutiques (cyclophosphamide et vincristine) et en un médicament à base de stéroïdes (prédnisone). La CVP est un schéma de chimiothérapie courant utilisé pour le LNH.
Chimiothérapie FC : traitement chimiothérapeutique combiné consistant en deux médicaments chimiothérapeutiques individuels (fludarabine et cyclophosphamide). La FC est un traitement chimiothérapeutique couramment utilisé dans la LLC.
Chimiothérapie myéloablative : chimiothérapie à forte dose qui détruit la moelle osseuse. Elle est réalisée avant une greffe de moelle osseuse ou de cellules souches.
Chimiothérapie : traitement avec des médicaments anticancéreux. Le type de médicaments utilisés est défini selon le type de cancer et le traitement déterminé par le médecin.
Chromosome : brin d’ADN et de protéines associées qui porte les gènes et transmet les données héréditaires.
Chronique : qui dure depuis longtemps ou qui est marqué par une récurrence forte.
Classification (du LNH) : détermination du type exact du LNH d’un patient. Il existe de nombreux types différents de LNH (p. ex., lymphome folliculaire, lymphome à cellules du manteau, etc.) et il est important de classer la tumeur dans le but de choisir le traitement le plus approprié.
Classification de Binet : système de stadification le plus couramment utilisé en Europe pour la leucémie lymphocytique chronique (LLC). La classification de Binet classe la LLC selon des résultats cliniques qui comprennent le nombre de sites de ganglions lymphatiques concernés et le degré d’implication desdits ganglions, du foie et de la rate.
Classification de Kiel : système de classification introduit en 1974 permettant de différencier les types de LNH. Répandu en Europe. Des classifications plus récentes telles que la Revised European American Lymphoma Classification (REAL/classification européenne et américaine révisée pour les néoplasmes lymphoïdes) sont plus couramment utilisées de nos jours.
Collecte de cellules souches : voir aphérèse.
Comité des tumeurs : groupe de spécialistes qui se rencontrent régulièrement pour parler de la prise en charge de personnes atteintes d’un cancer.
Compazine (prochlorpérazine) : médicament servant à traiter les nausées et vomissements.
Consentement éclairé : procédure légale garantissant qu’un patient connaît les risques potentiels encourus et les avantages d’un traitement avant de le commencer.
Cycle de chimiothérapie : expression servant à décrire la méthode d’administration d’une chimiothérapie. Il comprend la durée du traitement et la période de repos pour que le patient récupère. Une chimiothérapie pour LNH peut nécessiter trois cycles ou plus.
Cytogénétique : identification de chromosomes anormaux dans un échantillon de tissus cellulaires.
Cytologie : étude des cellules, de leur origine, de leur structure, de leur fonction et de leur pathologie.
Cytomégalovirus (CMV) : type de virus qui peut provoquer des infections chez les personnes en santé, mais qui est dangereux pour les patients immunosupprimés. Le CMV fait partie de la famille des virus de l’herpès. Le virus peut se manifester sous forme d’une pneumonie, d’une colite ou d’une hépatite.
Cytométrie de flux : procédure qui examine les cellules cancéreuses et leur ADN. Elle est utile pour le diagnostic de cancers en cas de présence d’une masse médiastinale (masse/tumeur derrière le sternum au centre du thorax supérieur).
Cytotoxique : toxique pour les cellules.

D - F

 


D

Dacarbazine : Chimiothérapie couramment utilisée pour lutter contre le lymphome de Hodgkin. Également appelée DTIC.
Déni : processus consistant à bloquer automatiquement la prise de conscience de réalités, pensées ou sentiments difficiles dans le but de se protéger de troubles émotifs.
Diaphragme : muscle mince en dessous des poumons et du coeur, qui sépare la poitrine de l’abdomen. Progression de la maladie : expression utilisée pour décrire une aggravation de la maladie malgré le traitement. Elle est souvent utilisée de façon interchangeable avec l’expression échec du traitement.
Diurétiques : médicaments aidant l’organisme à éliminer l’eau et le sel excédentaires.
Doxorubicine : nom générique pour l’Adriamycine, un médicament chimiothérapeutique couramment utilisé pour traiter le lymphome de Hodgkin.
DTIC : voir dacarbazine.
Dysgueusie : modification du goût.
Dysphagie : difficulté à avaler.

E

Échec du traitement : aggravation de la maladie malgré le traitement. Cette expression est souvent utilisée de façon interchangeable avec l’expression progression de la maladie.
Échocardiogramme : technique d’imagerie dans laquelle une machine à échographie permet de visualiser le cœur. Certains médicaments chimiothérapeutiques peuvent affecter le cœur, c’est pourquoi les patients atteints d’un cancer peuvent nécessiter un échocardiogramme.
Échographie (ultrasonographie) : technique dans laquelle des ondes sonores à haute fréquence rebondissent sur des organes internes et leurs échos sont transformés en images des organes à l’intérieur du corps.
Effet secondaire : effet indésirable causé par le traitement anticancéreux.
Empathie : compréhension des sentiments d’une autre personne par remémoration ou imagination d’une situation similaire.
Entreposage de sperme : congélation de sperme pour une utilisation future. Cette procédure peut permettre à des hommes d’avoir des enfants après la perte de leur fertilité.
Épanchement pleural : accumulation de fluide à l’intérieur de la cavité thoracique autour des poumons.
Épidémiologie : étude des causes, de la répartition et du contrôle d’une maladie dans des populations.
Érythème : rougeur de la peau.
Érythrocyte : globule rouge qui apporte l’oxygène aux cellules et en élimine le dioxyde de carbone.
Essai clinique : recherche menée auprès de patients volontaires, généralement afin d’évaluer un nouveau traitement, dans des normes de contrôle rigoureuses. Chaque essai est conçu pour répondre à des questions scientifiques et pour trouver de meilleurs moyens de traiter les personnes atteintes d’une maladie spécifique.
Essai contrôlé randomisé : essai clinique qui fait intervenir l’essai d’un traitement médicamenteux expérimental comparativement à un traitement témoin.
État de la performance : terme décrivant dans quelle mesure un patient est capable d’effectuer les tâches et activités quotidiennes.
Étiologie : la ou les causes d’une maladie. La cause du LNH n’est pas connue.
Excision : retrait par chirurgie.

F

Facteur de croissance des colonies ou facteur de stimulation des globules blancs (FSC) : traitement servant à stimuler la production de certaines cellules sanguines dans la moelle osseuse. Les agents comprennent le facteur de stimulation des granulocytes (G-CSF) et le facteur de stimulation des granulocytes et macrophages (GM-CSF).
Facteur de stimulation des granulocytes (G-CSF) : agent de traitement servant à stimuler la production de granulocytes dans la moelle osseuse. Fabriqué par AMGEN sous le nom de NeupogenMD, il est souvent donné pendant ou après une chimiothérapie pour stimuler le système immunitaire.
Facteur de stimulation des granulocytes et macrophages (GM-CSF) : agent de traitement servant à stimuler la production de macrophages, de granulocytes et d’éosinophiles dans la moelle osseuse. Il est parfois donné pour stimuler le système immunitaire.
Fatigue : fatigue excessive et manque d’énergie associés à une capacité réduite de réaliser ses activités quotidiennes.
Fertilité : capacité à avoir des enfants. Certains traitements de lymphome affectent la fertilité.
FISH (fluorescence in situ hybridization/hybridation in situ en fluorescence) : un test sanguin peut être réalisé pour rechercher des mutations dans les cellules de la LLC. La présence de certaines modifications chromosomiques peut indiquer que votre LLC est d’un type plus agressif. Le test est réalisé dans des laboratoires spécialisés.
Follicule : amas cellulaire.
Fraction : dose unique de radiation.

G - I

 


G

Ganglion lymphatique axillaire : Aisselle (axillaire) : se rapporte à la zone située sous le bras (creux axillaire). Un ganglion lymphatique se trouve dans le creux axillaire (aisselle).
Ganglions lymphatiques : petits organes en forme de haricot, contenant les lymphocytes. Les ganglions lymphatiques filtrent le liquide lymphatique et éliminent tous les envahisseurs étrangers. Il y a plus de 100 ganglions lymphatiques dans tout le corps, regroupés en amas dans le système lymphatique. Les principaux amas de ganglions lymphatiques se trouvent dans le cou, sous les bras, et dans la poitrine, l’abdomen et l’aine.
Gastro-intestinal : relatif à l’appareil digestif, qui comprend la bouche, l’œsophage, l’estomac et les intestins.
Gène : partie de l’ADN responsable de la détermination des caractéristiques d’une personne et transportant les données depuis les vieilles cellules jusqu’aux nouvelles.
Génome : information génétique complète d’une espèce.
GleevecMD : Le nouveau médicament GleevecMD a été approuvé par la FDA (Food and Drug Administration/administration américaine des aliments et des drogues) le 10 mai 2001. Il s’est révélé efficace dans la création de rémissions durables pour de nombreux cancers, parmi lesquels la leucémie et le lymphome.
Globule rouge : cellule sanguine qui transporte l’oxygène vers les cellules de l’organisme et élimine le dioxyde de carbone.
Globules blancs : variété de cellules qui combattent l’infection dans l’organisme et font partie du système immunitaire.
Grade (grade clinique) : le LNH peut être de bas grade, de grade intermédiaire ou de haut grade, selon la rapidité avec laquelle il grossit. Le terme indolent est souvent utilisé pour décrire le LNH de bas grade, tandis qu’agressif désigne un haut grade de LNH.
Grade intermédiaire : catégorie de LNH désignant une croissance généralement modérée. Les types de LNH qui sont de grade intermédiaire sont les lymphomes folliculaires à grandes cellules, diffus à cellules mixtes, diffus à grandes cellules et diffus immunoblastiques. Le NCI classe désormais les lymphomes comme indolents ou agressifs. Souvent considéré comme une forme agressive du LNH qui nécessite généralement un traitement rapide.
Granulocyte : type de globule blanc qui combat l’infection bactérienne ou les substances étrangères. Ils se rassemblent autour de l’objet offensif, l’ingèrent et le détruisent au cours d’un processus appelé phagocytose. Les granulocytes meurent alors et sont ingérés par des monocytes. (Un granulocyte s’appelle également neutrophile.)
Granulomatose lymphomatoïde : lymphome B que l’on appelle désormais lymphome B angiocentrique pulmonaire.
Granulome malin centrofacial : voir lymphome T nasal.
Greffe allogène : procédure dans laquelle un patient reçoit des cellules souches provenant de la moelle osseuse ou du sang périphérique d’un donneur compatible.
Greffe autologue : type de greffe de moelle osseuse ou de cellules souches dans laquelle le patient reçoit ses propres cellules au lieu de celles d’un donneur.
Greffe de cellules souches du sang périphérique autologue : les cellules souches sont prélevées sur le corps du patient avant le traitement. Après le traitement, les cellules souches sont réinjectées dans le patient pour restaurer le système immunitaire. Voir également transplantation de cellules souches du sang périphérique.
Greffe de cellules souches du sang périphérique : procédure semblable à une greffe de moelle osseuse. Des cellules souches saines sont récoltées dans la circulation sanguine d’un donneur (greffe allogénique) ou du patient lui-même (greffe autologue). Le patient reçoit alors une chimiothérapie à forte dose et/ou une radiation pour détruire les cellules cancéreuses, après quoi les cellules souches récoltées sont réinjectées dans le corps du patient par perfusion pour regarnir le système immunitaire.
Greffe de cellules souches : procédure qui remplace les cellules souches malades par des cellules souches saines. Le patient reçoit une chimiothérapie à forte dose et/ou une radiation pour tuer toutes les cellules cancéreuses, puis reçoit des cellules souches saines pouvant venir des patients eux-mêmes (greffe autologue) ou d’un donneur compatible (greffe allogénique). Les cellules souches peuvent être récoltées soit à partir du sang périphérique (circulation sanguine), ce que l’on appelle greffe des cellules souches du sang périphérique, soit à partir de la moelle osseuse, ce que l’on appelle greffe de moelle osseuse.
Greffe de moelle osseuse (GMO) : traitement par lequel une moelle osseuse saine remplace une moelle osseuse qui a été affectée par une maladie ou par un traitement pour une maladie. Habituellement, le patient reçoit une chimiothérapie à forte dose et possiblement une radiation pour tuer le cancer. Au cours du processus, l’aptitude du patient à lutter contre les infections est également endommagée. La moelle osseuse donnée est perfusée dans le patient pour restaurer le système immunitaire. La moelle peut provenir du patient avant la procédure (GMO autologue) ou d’un donneur compatible (GMO allogénique).
Greffe de moelle osseuse autologue (GMO autologue) : la moelle osseuse est prélevée sur le corps du patient avant une chimiothérapie à forte dose et/ou un traitement par radiation. Après le traitement, la moelle, qui peut ou non avoir été traitée par chimiothérapie, est réinjectée dans le patient pour restaurer le système immunitaire. Voir également greffe de moelle osseuse.
Greffe syngénique de moelle osseuse : greffe de moelle osseuse dans laquelle le donneur est un vrai jumeau du patient.
Greffe : transfert d’un tissu sain pour remplacer un tissu endommagé. Le tissu sain peut provenir du patient lui-même (greffe autologue) ou d’un donneur compatible (greffe allogénique).
Groupe de soutien : groupe de personnes qui se rencontrent régulièrement pour échanger un soutien mutuel, en se concentrant souvent sur un sujet commun ou une difficulté commune. De nombreux groupes sont organisés dans les hôpitaux ou les centres de traitement et les personnes se rencontrent sur place avec un animateur formé. Depuis peu, les groupes de soutien peuvent également se former sur Internet et des forums sont parfois hébergés par des survivants.
Guérison : dans le cas d’un lymphome, terme utilisé lorsqu’il n’y a pas de signe de la présence de la maladie dans le corps et que suffisamment de temps s’est écoulé pour que l’on puisse prédire que les risques de récidive sont faibles.

H

Haut grade : catégorie agressive d’un LNH indiquant une croissance rapide. Les types de haut grade de LNH sont le lymphome de Burkitt, la leucémie/le lymphome diffus non-Burkitt, le lymphome lymphoïde et le lymphome T
Hématocrite : nombre de globules rouges dans un échantillon de sang.
Hématologie : étude du sang, des organes producteurs de sang et des troubles sanguins.
Hématologue : médecin spécialisé dans les maladies du sang. Lorsque le LNH affecte les lymphocytes (un certain type de globules blancs), les hématologues interviennent souvent dans les soins aux patients.
Hémogramme (NFS/numération formule sanguine) : test sanguin de routine servant à déterminer le nombre de cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes) dans la circulation sanguine. Un hémogramme est habituellement effectué au cours d’un examen de routine par un médecin, et est souvent réalisé pendant un traitement anticancéreux afin de déterminer si le patient peut poursuivre son traitement chimiothérapeutique.
Hépatosplénomégalie : agrandissement anormal du foie et de la rate.
histiocytaire : ancienne classification de Rappaport pour la forme de LNH désormais connue sous le nom de lymphome à grandes cellules.
HLA : voir antigène d’histocompatibilité
Hospice : programme conçu pour le soin des patients en phase terminale et leurs familles.
Hyperalimentation : soutien nutritionnel donné au travers d’une veine.
Hyperviscosité : épaississement anormal du sang.
Hypogueusie : diminution du goût.

I

Imagerie par résonance magnétique (IRM) : test qui utilise un capteur de champ magnétique et des ordinateurs pour créer des images tridimensionnelles du corps. Elle est semblable à une tomographie par ordinateur (tomodensitométrie), mais utilise des aimants à la place des rayons X.
Immunophénotypage : détermination du type de molécules de surface présentes sur les cellules. Utilisé par les pathologistes pour déterminer le type exact de lymphome à partir d’un échantillon de tissu.
Immunosuppresseur : médicament (tel qu’une chimiothérapie) ou autre facteur empêchant que le système immunitaire ne réagisse aux substances étrangères et ne lutte contre la maladie.
Immunosuppression : suppression de la réponse immunitaire résultant des médicaments (chimiothérapie) ou de la radiation.
Immunothérapie : traitements stimulant le système immunitaire du patient pour lutter contre une infection ou une maladie. Également appelée thérapie biologique.
Indifférencié : cellules sans structure ni fonction spécialisée.
Infection HTLV-1 : HTLV est l’abréviation de human T-lymphotropic virus (virus T-lymphotropique humain). C’est une famille de virus qui infectent les cellules T et peuvent rendre les personnes plus susceptibles de développer un certain type de LNH : le lymphome T adulte. Ce virus est rare en Amérique du Nord et plus répandu dans des pays tels que le Japon et la Chine.
Infirmière oncologue : spécialiste qui forme sur le traitement et qui aide aux soins.
Inguinal : région du pubis/de l’aine.
Injection : utilisation d’une seringue et d’une aiguille pour administrer des médicaments dans le corps (également appelée « piqûre »).
Intensité de la dose : quantité totale d’un médicament chimiothérapeutique administré à un patient sur une période de temps donnée. Le but consiste à atteindre la dose la plus élevée possible à laquelle les effets secondaires restent à un niveau acceptable.
Interféron : substance naturelle produite par l’organisme en réponse à un virus. Les interférons peuvent stimuler le système immunitaire pour lutter contre la croissance du cancer.
Interleukine : substance naturelle de type hormonal produite par l’organisme et qui active la croissance de certains types de lymphocytes.
Intra-artériel (IA) : dans une artère.
Intralésionnel (IL) : dans la zone cancéreuse de la peau.
Intramusculaire (IM) : dans le muscle.
Intrathécal (IT) : dans le liquide rachidien.
Intraveineux (IV) : à l’intérieur d’une veine ou administré dans celle-ci.
IRM (imagerie par résonance magnétique) : technique utilisée pour obtenir des images en trois dimensions du corps. Une IRM est semblable à une tomodensitométrie, par contre elle utilise des aimants à la place des rayons X.
Irradiation corporelle totale (ICT) : radiation dirigée sur tout le corps pour détruire les cellules cancéreuses. Souvent utilisée dans les greffes de moelle osseuse éventuellement avec une chimiothérapie pour détruire le cancer (ce qui détruit également la capacité du système immunitaire à fabriquer des cellules sanguines, d’où la greffe de cellules au le patient).

J - L

 


J

Jaunisse : jaunissement de la peau et du blanc des yeux. Vraisemblablement, la cause est un problème de foie ou de vésicule biliaire.

K

Kytril : (nom du médicament générique granisetron) : médicament antiémétique (suppression des nausées) couramment prescrit pour les nausées provoquées par une chimiothérapie.

L

Lactate-déshydrogénase (LDH) : enzyme se trouvant dans le sang et indiquant la présence de cellules endommagées. En cas de taux élevé, elle peut indiquer une forme plus agressive de LNH.
Leucémie : cancer des globules blancs. Dans une leucémie, les cellules cancéreuses sont dans le sang, tandis que dans le lymphome, les cellules cancéreuses (lymphocytes) se trouvent d’abord hors de la circulation sanguine (dans les ganglions lymphatiques).
Leucocyte : globule blanc. Il existe trois types principaux de leucocytes : les monocytes, les granulocytes et les lymphocytes.
Leucocytémie : mesure du nombre total de globules blancs dans un échantillon de sang.
Leucopénie : faible taux de globules blancs. Les globules blancs étant les cellules principales du système immunitaire, une personne dont le taux de globules blancs est faible est plus vulnérable aux infections.
Liquide céphalorachidien : liquide aqueux qui entoure le cerveau et la moelle épinière. Dans le LNH, il peut être examiné pour déterminer si le cancer s’est propagé dans ces zones.
LNH transformé : expression utilisée lorsqu’un LNH indolent change ou se transforme en une forme plus agressive.
Lymphangiogramme : radiographie du système lymphatique. Un agent de contraste (colorant) est injecté (généralement entre les orteils) pour faire ressortir les vaisseaux lymphatiques et les organes. Souvent, une tomodensitométrie lui est préférée.
Lymphe (liquide lymphatique) : liquide aqueux contenu dans les vaisseaux lymphatiques. La lymphe fait circuler les lymphocytes dans le système lymphatique.
Lymphoblaste : lymphocyte immature (cellule B ou T).
Lymphocytes : type de globules blancs qui combattent les infections et les maladies et que l’on trouve dans la circulation sanguine, le système lymphatique et les organes lymphoïdes. Les deux types principaux de lymphocytes sont les cellules B (lymphocytes dérivés de la moelle osseuse) et les lymphocytes T (lymphocytes dérivés du thymus ou des thymocytes). Les deux types de cellules combinent leurs forces pour contrôler la réponse immunitaire.
Lymphoedème : tuméfaction des bras et/ou des jambes pouvant provenir de l’obstruction ou du retrait des ganglions lymphatiques. N’indique pas un lymphome.
Lymphoïde : appartenant aux lymphocytes ou au système lymphatique.
Lymphome à cellules du manteau : forme agressive d’un LNH.
Lymphome agressif : désignation du National Cancer Institute pour les lymphomes de haut grade et certains de grade intermédiaire. Les lymphomes agressifs se développent plus rapidement que les lymphomes indolents, mais répondent bien à la chimiothérapie.
Lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) : type assez nouveau de LNH à grandes cellules. La plupart sont des cellules T ou des cellules de type inconnu (nulles). Il peut être systémique chez les enfants ou les jeunes adultes, ou cutané (dans ou sur la peau). Une maladie limitée à la peau est plutôt indolente et reste localisée sur la peau et est associée à de nombreux cas de rémission spontanée. La forme systémique peut englober des ganglions lymphatiques et des sites extra-ganglionnaires qui agissent agressivement, mais qui répondent à la chimiothérapie utilisée pour traiter d’autres lymphomes à grandes cellules. Précédemment appelé lymphome Ki-1.
Lymphome associé au SIDA : certains types de lymphome peuvent apparaître chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli par le syndrome de l’immunodéficience acquise (SIDA) à la suite du virus de l’immunodéficience humaine (VIH).
Lymphome B angiocentrique pulmonaire : précédemment appelé granulomatose lymphomatoïde, cet état est traité, lorsqu’il est malin, avec une chimiothérapie combinée à base de doxorubicine (Adriamycine); il est traité comme le lymphome diffus à grandes cellules B.
Lymphome de Burkitt : type de LNH qui survient le plus souvent chez les jeunes personnes âgées de 12 à 30 ans. La maladie provoque habituellement une tumeur à croissance rapide dans l’abdomen.
Lymphome de Hodgkin : l’un des deux types principaux de lymphome; le lymphome de Hodgkin se distingue du LNH par la présence de cellules de Reed-Sternberg. Il touche habituellement les personnes âgées de 15 à 35 ans et, s’il est traité rapidement, il présente un taux de rémission élevé.
Lymphome de la zone marginale (MALT) : tissu lymphatique associé aux muqueuses. Le lymphome B de la zone marginale extra-ganglionnaire du type MALT est un certain type de LNH qui peut affecter les tissus lymphatiques de l’appareil digestif, des yeux, de la thyroïde, des glandes salivaires, de la vessie, des reins, des poumons, du système neurologique ou de la peau. Le tissu associé aux muqueuses désigne un tissu qui est tapissé d’une couche humide de cellules produisant du mucus.
Lymphome du SNC : voir lymphome du système nerveux central.
Lymphome du système nerveux central : type de LNH qui est localisé principalement dans le système nerveux central.
Lymphome indolent : forme à croissance lente du LNH. LNH indolent et LNH de bas grade sont des expressions souvent utilisées de façon interchangeable.
Lymphome Ki-1 : voir lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC).
Lymphome lymphoblastique : LNH très agressif apparaissant souvent chez les patients jeunes. Le traitement standard est une chimiothérapie combinée intense.
Lymphome lymphocytique bien différencié : ancienne classification Rappaport pour la forme de LNH désormais connue sous le nom de lymphome lymphocytique.
Lymphome lymphocytique faiblement différencié : ancienne classification de Rappaport pour la forme du LNH désormais connue sous le nom de lymphome à cellules du centre folliculaire comportant de nombreuses petites cellules clivées.
Lymphome lymphoplasmacytoïde : LNH indolent.
Lymphome non hodgkinien (LNH) : groupe de lymphomes caractérisés par une croissance cancéreuse de différents types de cellules lymphatiques, à l’exception de ceux caractérisés par le lymphome de Hodgkin. Les lymphomes sont divisés en trois grades selon la vitesse de développement du lymphome particulier : de bas grade, de grade intermédiaire et de haut grade.
Lymphome T cutané (LTC) : type de lymphome non hodgkinien qui apparaît initialement sur la peau. Également appelé mycose fongoïde.
Lymphome T nasal : sous-ensemble de lymphomes angiocentriques, qui sont traités avec une chimiothérapie combinée à base de doxorubicine (Adriamycine) et gérés comme les lymphomes diffus à grandes cellules.
Lymphome : sous-ensemble de cancers qui apparaissent dans le système lymphatique. Les lymphomes sont divisés en deux catégories : Hodgkin et non hodgkiniens. Le mot lymphome se dit, selon les langues : lymphom (allemand), lymphom (danois), linfoma (espagnol, portugais et italien), lymphome (français), lymfoom (néerlandais).
Lymphome/leucémie T : état causé par une infection par le rétrovirus type I du virus T lymphotropique humain. Classé comme LNH agressif.
Lymphomes à cellules B : les LNH qui proviennent de cancers dans le développement de cellules B.

M - O

 


M

MabThera : nom commercial au Royaume-Uni pour le rituximab (RituxanMD).
Macrophage : type de globule blanc qui combat l’inflammation.
Maladie avancée : maladie qui s’est propagée depuis le site d’origine vers de multiples endroits.
Maladie du greffon contre l’hôte (GVHD/graft versus host disease) : complication pouvant survenir après qu’un patient a reçu une greffe de moelle osseuse ou de cellules souches en provenance d’un donneur (greffe allogénique). Les cellules immunitaires provenant du donneur (greffon) réagissent aux cellules corporelles du patient (hôte) et bâtissent une réponse immunitaire contre elles.
Maladie extra-ganglionnaire : terme décrivant les lymphomes non hodgkiniens qui se sont développés en dehors du système lymphatique.
Maladie généralisée : cancer qui s’est propagé dans tout le corps.
Maladie localisée : cancer qui est contenu dans une certaine zone du corps et qui ne s’est pas propagé dans le reste de l’organisme.
Maladie réfractaire : cancer qui ne répond pas au traitement.
Maladie stable : terme utilisé lorsque le cancer ne s’améliore pas ni ne s’aggrave après le traitement.
Malignité secondaire : cancer qui apparaît après un traitement pour un premier cancer, mais qui n’est pas lié au premier cancer. Certains traitements pour le lymphome ont été liés à une faible probabilité de malignités secondaires, y compris les tumeurs solides et la leucémie.
Malin, maligne : une tumeur maligne est une tumeur cancéreuse. Les tumeurs malignes sont caractérisées par une croissance progressive et incontrôlée et peuvent envahir le tissu local et se propager vers des zones éloignées du corps. Les tumeurs bénignes ne sont pas invasives et ne se propagent pas.
Marqueur tumoral : protéines et autres substances dans le sang qui indiquent la présence d’un cancer quelque part dans l’organisme.
Médiastin : zone centrale du thorax supérieur, située derrière le sternum.
Medicare : Programme fédéral d’assurance médicale aux É.-U. destiné aux personnes âgées et aux handicapés.
Métastase : propagation du cancer dans le corps depuis le site tumoral d’origine vers d’autres sites ou organes.
Modification du goût : changement temporaire du goût pouvant être un effet secondaire d’une chimiothérapie, d’un cancer ou d’une radiation.
Moelle osseuse : matière à l’intérieur des grands os du corps, qui produit les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. Les globules rouges transportent l’oxygène dans tout l’organisme, les globules blancs composent le système immunitaire et les plaquettes sont importantes dans la coagulation sanguine. La moelle osseuse contient des formes immatures de ces cellules, appelées cellules souches, qui peuvent être récoltées pour une greffe.
Monocytes : type de leucocyte (globule blanc) qui défend l’organisme contre les infections bactériennes. Ils ingèrent également les cellules sanguines vieillissantes et dégénératives.
Mucosite : inflammation des muqueuses (telles que la bouche) qui entraîne une douleur, une irritation et/ou une production excessive de mucus.
Mutation (mutation génétique) : modification permanente de la séquence normale d’un gène, généralement provoquée par des agents externes comme des composants chimiques ou des radiations. Les mutations génétiques peuvent entraîner certains cancers.
Mutation génétique : modification permanente de la séquence normale d’un gène, généralement provoquée par des agents externes comme des composants chimiques ou des radiations. Les mutations génétiques peuvent entraîner certains cancers.
Mutation IgVH : marqueur pouvant servir à établir le pronostic de patients atteints de LLC.
Mycose fungoïde : type de lymphome non hodgkinien qui apparaît initialement sur la peau. Également appelée lymphome T cutané.
Myélosuppression : réduction de l’activité de la moelle osseuse, qui entraîne une baisse des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes.

N

Nausée : sensation d’être malade ou d’avoir envie de vomir, avec éventuellement des étourdissements ou des symptômes. Certaines associations de chimiothérapies peuvent entraîner des nausées pendant plusieurs jours. Celles-ci peuvent être réduites par la prise de médicaments antiémétiques.
Néoplasme : croissance maligne (cancéreuse).
Neupogen : voir facteur de stimulation des granulocytes (G-CSF).
Neurologique : faisant intervenir les nerfs ou le système nerveux.
Neuropathie périphérique : sensations nerveuses altérées dans les mains et les pieds, comprenant des engourdissements, des picotements et une faiblesse résultat d’une lésion nerveuse. Certains médicaments peuvent entraîner une lésion nerveuse conduisant à une neuropathie périphérique.
Neutropénie : réduction du nombre de neutrophiles, les globules blancs qui combattent l’infection bactérienne. Elle peut faire courir à un patient un plus grand risque d’infection.
Neutrophile : type de globule blanc qui combat l’infection bactérienne (également appelé granulocyte).
NFS : Numération formule sanguine ou hémogramme. Voir également numération globulaire.
Nombre de globules rouges : mesure du nombre de globules rouges dans un échantillon de sang.
Nulle : dans un certain type de LNH appelé lymphome anaplasique à grandes cellules, la cellule cancéreuse peut être soit une cellule T, soit une cellule nulle.
Numération absolue des neutrophiles (NAN) : nombre absolu de globules blancs qui sont des neutrophiles ou bandes dans un échantillon de sang.
Numération globulaire : test de routine pour déterminer la quantité de globules blancs, de globules rouges et de plaquettes dans un échantillon de sang. Souvent utilisée pour déterminer si l’organisme peut supporter une autre cure de chimiothérapie. Également appelée formule sanguine.

O

Oedème : tuméfaction causée par un excédent de fluides corporels.
Oncologie : branche de la médecine qui se concentre sur le diagnostic et le traitement du cancer.
Oncologue médical : médecin précisément formé pour diagnostiquer et traiter le cancer et qui se spécialise dans l’utilisation de la chimiothérapie, de la thérapie biologique et de l’hormonothérapie.
Oncologue : médecin spécialisé dans le traitement du cancer. Il existe différents types d’oncologues qui se spécialisent dans certains traitements, y compris les oncologues médicaux (spécialisés en chimiothérapie), les radio-oncologues (spécialisés en traitement par radiation) et les oncologues chirurgicaux (spécialisés en chirurgie cancéreuse).
Oral : par la bouche.

P - R

 


P

Palliatif : traitement conçu pour soulager les symptômes plutôt que pour guérir la maladie.
Papulose lymphomatoïde (LyP) : trouble cutané non cancéreux qui peut dégénérer en lymphome de Hodgkin ou en diverses formes de LNH. Les lésions cutanées vont et viennent. Le médicament méthotrexate est parfois prescrit pour accélérer le processus de cicatrisation et prévenir de nouvelles lésions. Le taux de prévalence est estimé entre 1,2 et 1,9 cas par million. La LyP ne semble pas être héréditaire.
Pathologiste : médecin spécialisé dans l’identification de maladies par l’examen et l’étude de cellules au microscope.
Pédiatrique : qui concerne les enfants, l’enfance.
Perfusion : administration de fluides ou de médicaments dans le sang par les veines.
Pharmacorésistance : incapacité des cellules (cancéreuses) à répondre aux médicaments (chimiothérapie).
Planification : session en compagnie de techniciens, d’infirmières et d’oncologues pour simuler le traitement par radiation.
Plaquette : cellule sanguine aidant à contrôler les saignements en provoquant la coagulation. Également appelée thrombocyte.
Plasma : partie liquide du sang, de la lymphe et du liquide intracellulaire dans lequel les cellules sont en suspension.
Plasmocyte : cellule B mature. La fonction principale des plasmocytes est la production d’anticorps. Ainsi, ils jouent un rôle important dans la défense contre les infections et les maladies.
PO (per os) : par la bouche, par voie orale.
Ponction lombaire : également appelée rachicentèse. Concerne le prélèvement du liquide rachidien pour examen.
Port : petit contenant plastique ou métallique placé chirurgicalement sous la peau et fixé à un cathéter veineux central à l’intérieur du corps. Le sang et les fluides peuvent entrer ou sortir du corps par le port à l’aide d’une aiguille spéciale.
Procuration permanente : désignation légale d’une personne chargée de gérer les affaires d’une autre personne si cette dernière en devient incapable. Cela peut concerner toutes les décisions, ou bien seulement celles liées aux soins de santé (procuration pour les soins de santé).
Pronostic : prédiction de la façon dont un patient/cancer va évoluer après le diagnostic. Le pronostic se rapporte au résultat du cancer et à la probabilité de rétablissement.
Protocole : plan de traitement médical.
Prurit : démangeaison (parfois un symptôme B non officiel du lymphome de Hodgkin).
Psoralène : médicament faisant partie d’un traitement appelé PUVA, utilisé pour un certain type de LNH appelé lymphome T cutané. Également appelé photochimiothérapie, le PUVA consiste en psoralène et lumière ultraviolette A (UVA). Le psoralène rend la peau plus sensible aux effets guérissants des rayons UVA.
Purge : dans le traitement anticancéreux, la purge se rapporte à l’élimination du cancer ou des cellules T dans la moelle osseuse ou les cellules souches avant une greffe de moelle osseuse ou une greffe de cellules souches du sang périphérique.

Q

R

Radioimmunothérapie : traitement anticancéreux faisant intervenir la combinaison d’un anticorps monoclonal et d’un radionucléide, comme source de radiation. Lorsqu’un anticorps monoclonal est combiné à un radionucléide, on dit qu’il est radiomarqué. L’anticorps radiomarqué cible un antigène spécifique se trouvant sur les cellules cancéreuses et s’y fixe, délivrant une dose mortelle de radiation directement sur les cellules ciblées.
Radionucléide : atome qui libère ou émet une énergie sous forme de radiation.
Radio-oncologue : type d’oncologue (spécialiste du cancer) spécialisé dans le traitement du cancer au moyen du traitement par radiation.
Rate : organe qui joue un rôle important dans le système lymphatique. La rate est située en haut à gauche de l’abdomen, sous la cage thoracique. La rate intervient dans la production et l’entreposage des lymphocytes, et sert également à entreposer et filtrer le sang et éliminer les cellules sanguines vieillissantes de la circulation.
Rayons X : faisceaux de rayons qui sont utilisés de deux façons : à faibles doses pour donner des images de l’intérieur du corps à des fins diagnostiques, et à doses élevées pour traiter le cancer (thérapie par radiation).
Récidive : réapparition d’un cancer après une période d’amélioration. Un lymphome non hodgkinien peut réapparaître au même endroit que la tumeur initiale ou réapparaître à un autre endroit du corps.
Récolte de moelle osseuse : prélèvement et collecte de moelle osseuse, habituellement réalisés avant une greffe de moelle osseuse, mais parfois effectués en tant que mesure préventive en cas de récidive.
Récolte : procédure pendant laquelle des cellules souches sont enlevées de la moelle osseuse ou du sang périphérique d’un patient ou d’un donneur. Les cellules souches récoltées sont transplantées dans le patient après une chimiothérapie à forte dose.
Récurrence : retour du cancer après une période diagnostiquée comme étant sans cancer (en rémission).
Réduction tumorale : diminution de la taille d’une tumeur souvent au moyen d’une chirurgie, ou possiblement par radiothérapie.
Réfractaire : ne donnant pas de résultat (du moins, pas facilement) au traitement.
Régression : réduction des symptômes ou du processus de la maladie.
Rémission complète : également appelée réponse complète, elle signifie que tous les signes du cancer ont disparu après le traitement. Une rémission partielle ou réponse partielle signifie que la tumeur a diminué de volume, mais qu’elle est toujours présente.
Rémission durable : expression servant à décrire un cancer qui est en rémission depuis de nombreuses années. Plus la rémission est longue, plus la chance de guérison est importante.
Rémission partielle : également appelée réponse partielle. Expression utilisée lorsqu’une tumeur a diminué de moitié ou plus, mais qu’elle n’a pas été entièrement éliminée. Le cancer est toujours détectable et un traitement supplémentaire peut s’avérer nécessaire.
Rémission : un patient est déclaré en rémission si la tumeur a diminué au moins de moitié (rémission partielle) ou si elle est indécelable (rémission complète). La rémission ne signifie pas nécessairement la guérison du cancer. Si un cancer donné, par exemple un lymphome agressif, reste en rémission pendant une certaine période (généralement au moins cinq ans), il peut être considéré comme guéri. Toutefois, les lymphomes indolents ne sont pas couramment considérés comme guéris, car ils peuvent réapparaître même après une longue période de rémission.
RituxanMD (le nom générique est rituximab, le nom commercial au R.-U. est MabThera) : médicament à base d’anticorps monoclonal qui a reçu l’approbation de Santé Canada pour le traitement du LNH de bas grade.

S - U

 


S

Sang périphérique : sang circulant dans les vaisseaux sanguins et le coeur, par opposition à la moelle osseuse.
Schéma : administration d’une combinaison spécifique et d’une dose de médicaments anticancéreux d’après un calendrier prévu.
Scintigraphie au gallium (radio-isotope) : technique d’imagerie permettant de détecter un cancer. Le gallium est un produit chimique absorbé par certaines cellules cancéreuses. Au cours de cette procédure, une quantité non dangereuse de gallium radioactif est injectée dans le patient, qui subit ensuite une radiographie dans laquelle le gallium radioactif rend visible(s) la ou les tumeur(s). Les scintigraphies au gallium sont réalisées dans la clinique de médecine nucléaire à l’hôpital.
Scintigraphie osseuse : procédure pendant laquelle une image des os est produite par injection d’un radio-isotope et une scintigraphie est ensuite réalisée pour visualiser l’isotope absorbé par les os. On s’en sert généralement pour déterminer si le cancer s’est propagé jusqu’aux os.
Sous-cutané (SC) : sous la peau.
Soutien des pairs : relation structurée dans laquelle des personnes se rencontrent pour proposer ou échanger un soutien émotif avec d’autres devant surmonter les mêmes épreuves.
Spécialiste en médecine nucléaire : médecin formé en radiothérapie, qui va décider de la dose individuelle de la partie radioactive du traitement pour les radioimmunoconjugués. Le spécialiste en médecine nucléaire peut également intervenir en tant qu’agent de sécurité en radiation dans un centre de traitement.
Splénectomie : retrait chirurgical de la rate. Elle est parfois réalisée pendant la stadification du lymphome.
Splénomégalie : agrandissement anormal de la rate.
Stade : décrit l’étendue selon laquelle un cancer s’est propagé dans le corps. Le LNH est divisé en quatre stades : les stades I et II sont limités (une région limitée est affectée) et les stades III et IV sont avancés (plus étendus).
Stadification Rai : système de stadification pour la leucémie lymphoïde chronique (LLC) qui est surtout utilisé en Amérique du Nord. Le système de stadification Rai classe la LLC et attribue des catégories de risques sur la base du nombre de lymphocytes dans le sang; de l’agrandissement des ganglions lymphatiques, du foie et de la rate; du nombre de plaquettes dans le sang et de la présence d’une anémie (faible nombre de globules rouges dans le sang).
Stadification : détermination du stade du lymphome. La stadification peut être réalisée par examen physique, test médical ou chirurgie.
Stérilité : incapacité à concevoir ou faire un enfant.
Stomatite : inflammation de la bouche.
Sueurs nocturnes : transpiration excessive pendant le sommeil nocturne. Les sueurs nocturnes sont considérées comme un symptôme B du lymphome, qui peut être associé à une maladie plus agressive.
Suppression de moelle osseuse : diminution du nombre de cellules sanguines produites; elle peut être due à un traitement anticancéreux ou à une invasion tumorale de la moelle osseuse.
Survie : vie avec un antécédent de cancer, à compter du moment du diagnostic, quels que soient les résultats du traitement.
Symptômes B : symptômes que certaines personnes peuvent connaître avec un lymphome. Les symptômes B comprennent la fièvre, les sueurs nocturnes et la perte de poids. Ils sont souvent associés à une maladie plus avancée.
Symptômes systémiques : symptômes qui affectent tout l’organisme plutôt que simplement une région ou un organe. Des exemples de symptômes systémiques comprennent la fièvre, les sueurs nocturnes et la perte de poids.
Symptômes : Signes physiques d’une maladie.
Syndrome hémophagocytaire : état grave dans lequel certaines parties du système immunitaire s’activent de façon incontrôlée. Il peut survenir dans certains types de LNH : lymphome T sous-cutané à type de panniculite et lymphome T extra-ganglionnaire du type nasal.
Synergie : terme utilisé dans le traitement anticancéreux lorsque deux médicaments ou plus donnés en combinaison sont plus bénéfiques qu’un seul médicament.
Système immunitaire : système de l’organisme qui reconnaît les cellules étrangères et la maladie, et lutte contre elles.
Système lymphatique : réseau de vaisseaux lymphatiques, ganglions lymphatiques et autres organes qui transportent les lymphocytes dans tout le corps pour lutter contre les infections et les maladies.
Système nerveux central (SNC) : centre de commande du corps, comprenant le cerveau et la moelle épinière.
Systémique : concernant tout l’organisme.

T

Tatouage : dans le traitement par radiation, terme utilisé pour le marquage à l’encre sur le corps dans le but de délimiter clairement le champ de radiation. On est ainsi assuré que la zone appropriée est ciblée pour la radiation et que cette même zone est traitée à chaque fois.
Technologue en médecine nucléaire : spécialiste qui assiste le spécialiste en médecine nucléaire. Il est habilité à administrer la partie radioactive de la thérapie et à réaliser les procédures d’imagerie.
TEP (tomographie par émission de positrons) : procédé permettant de visualiser le cancer dans le corps. Le glucose radioactif (une molécule de sucre utilisée comme source d’énergie par les cellules) est injecté dans le patient et utilisé de préférence par les cellules ayant une activité métabolique élevée, comme les cellules cancéreuses. Un scanner permet ensuite de visualiser les zones du corps dans lesquelles le glucose radioactif est concentré.
Terminal : décrit une maladie avancée avec une espérance de vie limitée.
Thérapie biologique : traitements stimulant le système immunitaire du patient pour lutter contre une infection ou une maladie. Également appelé immunothérapie.
Thérapie complémentaire : techniques ou démarches souvent utilisées en plus du traitement standard. Un régime alimentaire ou la méditation par exemple.
Thérapie de rattrapage : traitement utilisé lorsque le cancer n’a pas répondu aux traitements standard, ou après une récidive du cancer.
Thérapie génique : utilisation des gènes pour traiter le cancer et d’autres maladies.
Thérapie standard : traitement qui a fait les preuves de son efficacité et qui est largement utilisé comme thérapie principale contre le cancer.
Thrombocyte : cellule sanguine aidant à contrôler les saignements en provoquant la coagulation. Également appelée plaquette.
Thrombocytopénie : taux plus bas que la normale de plaquettes dans le sang. Les plaquettes sont importantes dans la coagulation du sang, leur réduction pouvant entraîner une augmentation des saignements ou des ecchymoses.
Thymus : glande qui fait partie du système lymphatique où les cellules T terminent leur développement. Le thymus se trouve derrière le sternum dans le thorax.
Tissu : groupe de cellules fonctionnant ensemble pour exécuter une fonction spécifique dans l’organisme.
Tomodensitométrie : série de rayons X permettant l’obtention d’images détaillées en trois dimensions de l’intérieur du corps.
Tomodensitométrie : série de rayons x permettant l’obtention d’images détaillées en trois dimensions de l’intérieur du corps.
Tomographie par ordinateur : procédure utilisant des rayons X et un ordinateur pour donner des images détaillées en trois dimensions ou en coupe transversale du corps. Également appelée tomodensitométrie. Selon la partie du corps balayée, il faut boire une substance pour faire ressortir le système digestif (agent de contraste), recevoir une injection d’agent de contraste dans le rectum, un agent de contraste iodé par voie intraveineuse avant ou pendant la scintigraphie.
Topique : appliqué directement sur la peau.
Toxicités : effets secondaires indésirables des médicaments. Les toxicités courantes des traitements anticancéreux comprennent la perte de cheveux, les nausées et les vomissements.
Traitement adjuvant : médicaments ou hormones contre le cancer donnés après une chirurgie et/ou un traitement par radiation pour empêcher le cancer de revenir.
Traitement d’induction : traitement anticancéreux utilisé comme première étape vers le rétrécissement de la ou des tumeurs. Si besoin est, le traitement d’induction est suivi par un traitement supplémentaire afin de traiter les cellules/tumeurs cancéreuses restantes.
Traitement de maintenance : traitement prolongé, généralement donné après que le traitement d’origine a pris le contrôle du cancer. Il est réalisé pour prévenir la rechute de la maladie ou pour maintenir le cancer en rémission.
Traitement local : traitement qui n’affecte qu’une petite région du corps.
Traitement par anticorps monoclonal : type de thérapie biologique (ou immunothérapie) utilisé pour le traitement du cancer. Un anticorps synthétique est créé pour cibler un antigène spécifique (une protéine à la surface des cellules). Pour le traitement de certaines formes de LNH, les anticorps monoclonaux ciblent les cellules B (la cellule cancéreuse de nombreux LNH) et facilitent leur élimination par l’organisme.
Traitement par radiation ou radiothérapie : type de traitement dans lequel des faisceaux de rayonnement à forte dose (rayons X) sont soigneusement dirigés sur un site tumoral. L’exposition aux faisceaux de rayons X tue la cellule cancéreuse.
Traitement primaire : premier traitement donné au patient après qu’un cancer a été diagnostiqué.
Traitement standard : traitement qui a fait les preuves de son efficacité et qui est couramment utilisé.
Tumeur bénigne : croissance non cancéreuse qui ne se propage pas aux autres parties du corps.
Tumeur non volumineuse : tumeur de petite taille.
Tumeur primaire : tumeur sur le site cancéreux d’origine.
Tumeur : masse anormale de cellules en train de se diviser, qui n’a aucune fonction corporelle utile. Les tumeurs peuvent être soit bénignes (non cancéreuses), soit malignes (cancéreuses).

 

U

<

V - Z

 


V

Vaccin : substance servant à stimuler le système immunitaire du corps pour répondre à un envahisseur spécifique. Les vaccins peuvent être utilisés dans le cancer pour stimuler une réponse immunitaire contre les cellules cancéreuses. Les vaccins de lymphome sont fabriqués à l’aide d’un échantillon de la tumeur prélevé dans les ganglions lymphatiques du patient.
Vaisseaux chylifères : petits vaisseaux lymphatiques que l’on trouve dans l’appareil digestif. Ils collectent la graisse digérée à partir des intestins et la transportent vers le système circulatoire.
Vaisseaux lymphatiques : vaisseaux et canaux lymphatiques qui transportent le liquide lymphatique et les lymphocytes dans tout le corps.
Veine : vaisseau sanguin transportant le sang vers le cœur.
Veinopuncture : processus dans lequel la veine est ponctionnée pour prélever un échantillon sanguin, pour donner un médicament ou pour commencer un goutte-à-goutte intraveineux.
Vigilance (surveillance et attente) : période pendant laquelle on n’utilise pas ou très peu de traitement pour voir de quelle façon le lymphome évolue. Stratégie habituellement utilisée pour le LNH de bas grade (indolent).
Vinblastine : chimiothérapie couramment utilisée pour lutter contre le lymphome de Hodgkin. Des noms de marque courants sont Velban, Velsar, Velbe. Elle est dérivée de la pervenche de Madagascar. Elle peut provoquer une neuropathie périphérique chez certains patients.
Vincristine : médicament chimiothérapeutique parfois utilisé pour traiter le LNH. Elle est dérivée de la pervenche de Madagascar. Elle peut provoquer une neuropathie périphérique chez certains patients.
Virus d’Epstein-Barr (EBV) : rétrovirus qui a été associé au développement du lymphome de Burkitt et qui est présent dans environ la moitié des cas chez les patients atteints d’un lymphome de Hodgkin. Le lien entre le virus et le cancer n’est toujours pas connu.
Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) : virus qui cause le SIDA (syndrome de l’immunodéficience acquise).
Vitesse de sédimentation (VS) des érythrocytes : distance parcourue par les globules rouges en une heure dans un échantillon de sang pendant qu’ils se déposent au fond d’un tube à essai. La vitesse de sédimentation est accrue en cas d’inflammation, d’infection, de cancer, de maladies rhumatismales et de maladies du sang et de la moelle osseuse.

W

 

X

Xérostomie : réduction de la production de salive, entraînant une sécheresse de la bouche. Il peut s’agir d’un effet secondaire du traitement anticancéreux.

Y

Z

ZAP-70 : marqueur que l’on peut utiliser pour établir le pronostic de patients atteints d’une leucémie lymphocytique chronique.
ZofranMD (nom du médicament générique hydrochlorure d’ondansetron) : médicament antiémétique (suppression des nausées) couramment prescrit pour les nausées provoquées par la chimiothérapie.

Source : www.lymphomainfo.net