La Journée mondiale du lymphome est le 15 septembre prochain. Le lymphome est le 5e plus important cancer au Canada après celui du poumon, du sein, de la prostate et du côlon.

Montréal, le 11 septembre 2013 – La Journée mondiale du lymphome est le 15 septembre prochain. Le lymphome est le 5e plus important cancer au Canada après celui du poumon, du sein, de la prostate et du côlon. Selon les statistiques sur le cancer 2013, près de 9 000 personnes par année sont diagnostiquées au Canada dont près de 2 000 personnes au Québec. Depuis le lancement, le 3 juillet dernier, de la campagne « Mêmes chances » qui dénonçait le fait que la bendamustine, un traitement prometteur pour les patients atteints d’un lymphome, ne soit pas encore disponible au Québec, la situation demeure inchangée.

Rappelons que ce traitement, combiné avec le rituximab, est accessible dans la majorité des autres provinces canadiennes et prolonge la survie sans progression des patients atteints des lymphomes non hodgkiniens indolents (LNHi) de 31.2 mois à 69.5 mois (presque 6 ans). De plus, son efficacité est supérieure avec moins de toxicité, ce qui se répercute par moins d’effets secondaires et une meilleure tolérance pour les patients.

« Nous voulons offrir à nos patients québécois les meilleurs traitements disponibles et nous nous refusons à ce que des barrières administratives viennent nous en empêcher alors que nos collègues des autres provinces canadiennes et leurs patients y ont accès », affirme le Dr Pierre Laneuville, hématologue à l’Hôpital Royal Victoria et porte-parole de la campagne Mêmes chances, appuyé par plus d’une trentaine de ses confrères hémato-oncologues provenant de toutes les régions du Québec. Selon le Dr Laneuville, seul le ministre est en mesure de résoudre le problème. C’est pourquoi il demande au ministre « de requérir de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) un avis sur la valeur thérapeutique de l’association de la bendamustine et rituximab (RB) dans le traitement du LNHi ».

Cet avis, que l’INESSS devrait rendre public, faciliterait, le cas échéant, l’utilisation de l’association BR en établissements de santé, permettant ainsi d’éliminer l’inéquité dans l’accès au traitement dans le meilleur intérêt des patients québécois atteints d’un lymphome.

Madame Tracey-Ann Curtis, directrice régionale du Québec pour Lymphome Canada, abonde dans le même sens que le Dr Laneuville, dans sa lettre envoyée au ministre le 16 août. Elle rappelle que « Les traitements bendamustine et rituximab ont tous les deux été autorisés par Santé Canada pour leur utilisation contre le lymphome au Canada sur la base de leur efficacité et innocuité. Leur utilisation, en association, a fait l’objet d’études cliniques internationales et démontre de façon indéniable son efficacité.» De plus, elle ajoute que « seul le ministre est en mesure de rendre ce traitement disponible à tous les patients atteints d’un lymphome au Québec.»

Monsieur Jean-Pierre Garneau, lui-même atteint d’un lymphome, rappelle que « Les patients diagnostiqués avec un LNHi et leurs familles ne devraient pas être préoccupés par des politiques gouvernementales et leur lourdeur bureaucratique pour avoir accès au meilleur soin possible. Nous, les patients et nos proches, avons besoin de toute notre énergie pour lutter contre le cancer et non contre le système de la santé.»

Une mobilisation importante des Québécois indignés
Depuis son lancement, « Mêmes chances » a mené, auprès des Québécois, une campagne de mobilisation publique à laquelle ont répondu par courriels, par lettres et sur Facebook, des patients, leurs proches et de nombreuses personnes qui se sentent concernées par le cancer et indignées par la situation actuelle. De plus, la Coalition Priorité Cancer au Québec, qui regroupe près d’une cinquantaine d’organismes oeuvrant en cancer, a témoigné son appui à cette campagne. Et ça continue…

Pour obtenir de plus amples informations, visitez le site www.memeschances.ca. Pour donner votre appui à la campagne « Mêmes chances », faites parvenir un courriel à info@mêmeschances.ca en indiquant vos coordonnées (nom, adresse, téléphone et adresse courriel). Vous pouvez aussi écrire un commentaire sur la page Facebook, www.facebook.com/memeschances

À propos de Lymphome Canada
Plusieurs personnes sont touchées par le lymphome: des patients et des survivants, des proches aidants, des professionnels de la santé ainsi que des chercheurs. Lymphome Canada permet à la collectivité de se prendre en charge, par le biais de l’information, de l’éducation, du support offert et de la recherche. Lymphome Canada assure également la promotion de la détection précoce et travaille à l’amélioration des traitements existants. De plus, elle facilite l’accès des patients à ces traitements, étudie les causes du lymphome et contribue à la découverte de nouveaux traitements pour guérir cette maladie. Pour de plus amples renseignements à propos de cet organisme de bienfaisance enregistré, veuillez visiter www.lymphome.ca