Blogue

Composer avec la chimio – Troisième partie – Que faire pour aider?

By mai 30, 2013No Comments

De nombreux patients entendent des proches bien intentionnés leur dire : « Je suis désolé de ce qui t’arrive. Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider? »

par Alyssa Burkus Rolf

De nombreux patients entendent des proches bien intentionnés leur dire : « Je suis désolé de ce qui t’arrive. Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider? » Plus tard dans la conversation, ils ajouteront : « Dis-moi si je peux faire quelque chose ». Bien que ces offres soient sincères et viennent du cœur, c’est aux patients que revient la charge de demander de l’aide, même si un grand nombre d’entre eux sont mal à l’aise de solliciter du soutien ou ne connaissent pas les services qui leur sont offerts. (Leur offre-t-on de préparer des repas pendant un mois ou d’apporter simplement un magazine?)

Quelle joie quand les membres de mon entourage m’aidaient à leur façon durant mes traitements! Peu importe ce qu’on m’apportait, des petites gâteries ou un repas fait maison, je savais qu’on pensait à moi et qu’on voulait m’aider à passer au travers.

Mon mari a trouvé le livre de Elise Needell Babcock, intitulé When Life Becomes Precious: The Essential Guide for Patients, Loved Ones, and Friends of Those Facing Serious Illness (Quand la vie devient précieuse : Guide indispensable pour les patients, les proches et les amis des personnes atteintes d’une maladie grave). Ce livre, encore en vente aujourd’hui, mais uniquement en anglais, l’a inspiré et lui a donné des idées pour conseiller les personnes qui cherchaient à m’aider. Sa démarche m’a aussi indiqué que ma maladie était pour lui une bataille que nous menions ensemble. Nous continuons de recommander cet ouvrage à tous ceux qui tentent de soutenir les patients qui ont reçu récemment un diagnostic de cancer.

Voici mes suggestions sur les façons d’aider à atténuer le stress d’une personne chère durant ses traitements ou à tout autre stade de sa maladie :

Inscrivez ses séances de chimio sur votre calendrier

Inscrivez la date des traitements sur votre calendrier (chaque semaine? tous les 21 jours? etc.) et téléphonez-lui durant les jours qui précèdent la prochaine série de traitements pour vérifier comment il ou elle se sent. Tenez compte des changements apportés à son horaire et rectifiez les dates (ex. : le traitement a peut-être été reporté en raison d’une faible numération plaquettaire, etc.), ou prenez note d’envoyer une carte à la fin de la série de traitements, car c’est le moment où l’aide et l’intérêt de l’entourage risquent de diminuer.

Envoyez-lui une surprise par la poste
Vous souvenez-vous ce que votre grand-mère vous expédiait par la poste quand vous étiez enfant? Ce n’est pas nécessaire d’envoyer un paquet; les cartes de vœux et les magazines sont aussi de belles surprises. Beaucoup de patients se sentent isolés ou doivent rester à la maison pour se protéger des infections. Ce contact avec le monde extérieur leur signale qu’on ne les a pas oubliés. Juste avant mon dernier traitement, ma belle-sœur m’avait envoyé un pyjama de la Floride, et je me souviens encore du plaisir que j’ai eu à recevoir ce paquet à l’improviste.

Aidez sa famille

Si la famille compte des enfants, apportez des petits gâteaux ou des muffins sans noix dans des sacs de congélation pour le lunch, ou encore un repas dans un contenant pour congélateur que l’on sort au besoin. Amenez les enfants au parc ou au cinéma. Ces activités requièrent de l’énergie que n’ont pas toujours les parents, et ils pourront profiter de ce moment de calme à la maison pour se détendre. Offrez aux parents de faire certains achats pour la rentrée scolaire ou d’acheter des produits en gros chez Costco ou au supermarché du coin pour regarnir le garde-manger.

Offrez-lui de l’accompagner à ses traitements

Cet engagement peut durer toute la journée, ce qui devient difficile si vous avez du travail ce jour-là ou des tâches familiales. Mais pour la famille qui accompagne le patient régulièrement, ce sera un répit fort apprécié. De plus, vous comprendrez mieux les moments stressants auxquels le malade et les membres de sa famille sont régulièrement confrontés durant les traitements.

Organisez un « souper romantique en tête-à-tête »

Pour les couples qui luttent contre une maladie grave, créer un événement propice au romantisme ou même passer un moment tranquille ensemble, au restaurant par exemple, peut s’avérer extrêmement difficile. De plus, si les enfants font partie de l’équation, il n’y a pas beaucoup d’occasions d’être seuls. Plutôt que d’apporter un plat cuisiné pour toute la famille, organisez un repas romantique en tête-à-tête, avec des mets version « adulte », un dessert, des bougies et un film. Préparer de la nourriture à une personne qui suit un régime alimentaire particulier à cause de ses traitements peut être compliqué. Un simple poulet grillé et un potage ou une salade peuvent être le prélude à un agréable repas à deux.

Marchez avec cette personne, écoutez-la

Il est très important de sortir prendre l’air tous les jours, même pour faire un petit tour ou pour s’asseoir sur un banc de parc. Tenir compagnie à une personne ou l’écouter constitue aussi un précieux cadeau si elle est dépassée par les défis physiques et émotionnels auxquels elle est confrontée.

Offrez-lui une aide spirituelle

Prier ou croire à la prière n’est pas pour tous, mais il existe bien des façons d’offrir de l’espoir et du soutien spirituel, et c’est un merveilleux cadeau pour les patients. Je n’en revenais pas quand une amie m’a apporté une carte d’une inconnue qui travaille pour le même employeur que moi et qui avait entendu parler de mes traitements contre le cancer. Je ne l’avais jamais rencontrée (et après neuf ans, je ne la connais toujours pas), mais elle m’avait envoyé une petite épinglette en forme d’ange accompagnée de bons mots d’encouragement. Vous pouvez demander à un prêtre ou à un pasteur du quartier de dire une prière pour le patient (ou à un maître Reiki, comme l’a fait l’une de mes amies), donner un petit livre de poèmes ou de prières, trouver un symbole qui représente une source de force spirituelle. Tout cela peut être utile.

Mais ce n’est qu’un point de départ; les possibilités et les bonnes idées sont multiples. Peu importe le geste que vous posez, sachez que les plus simples sont les bienvenus à tout moment durant le long périple d’une personne atteinte de cancer. Certes, c’est à vous de décider comment manifester votre affection à l’être cher à un point critique de son existence, mais faites un geste personnel, un geste qui vient du cœur.

________________

Je vous invite à m’envoyer vos commentaires et à me raconter vos histoires — j’aimerais lire ce que vous avez à dire. Vous pouvez communiquer avec moi par courriel au alyssa@lymphoma.ca, ou suivez-moi sur Twitter :@alyssaburkus