La moins bonne nouvelle? Elle est si compétente que mon rendez-vous de planification de radio a été remis…

par Robin Harry

La bonne nouvelle? J’ai une radiooncologue extraordinaire.

La moins bonne nouvelle? Elle est si compétente que mon rendez-vous de planification de radio a été remis…

Ce rendez-vous consiste en une radiographie, pratiquée pour évaluer ce qu’il reste du cancer, et où il se trouve. C’est aussi une simulation des séances de radiothérapie, afin de déterminer dans quelle position je devrai me placer pour chacune des vraies séances. C’est ce que je devais faire jeudi.

Je me suis rendue au rendez-vous comme prévu, et j’ai rencontré ma radiooncologue. Je l’aime VRAIMENT. Elle est très sympathique et un peu pince-sans-rire, mais surtout, elle connait incroyablement bien son affaire et elle est très honnête avec ses patients et elle inspire la confiance (comme une certaine neurologue que je connais et pour qui je travaille). Sur place, elle m’a demandé de lui répéter ce que mon oncologue lui avait dit au sujet de mes tomodensitogramme (TDM) et ce qui semblait rester du cancer. Alors je lui ai dit ce qu’il m’avait dit : il allait se fier sur le TDM qu’on effectuerait durant la rencontre de planification pour juger de l’efficacité de la chimio, et de ce qui restait éventuellement du cancer. Je ferais ensuite les traitements de radio, puis passerais un nouveau TDM pour évaluer l’efficacité de la radiothérapie. À cette étape, si le cancer semblait encore visible, je devrais passer un TEP, étant donné que la machine ne sait pas faire la différence entre les tissus cicatriciels et les cellules cancéreuses.

(À titre indicatif, un tomodensitogramme (TDM) est une forme d’imagerie structurelle. On y voit les changements anatomiques, mais pas forcément de quoi ces changements sont constitués. La tomographie par émission de positons (TEP) est de l’imagerie fonctionnelle, qui utilise la structure cellulaire pour cibler l’activité ou les fonctions cellulaires anormales)

Mais ma radiooncologue n’est pas d’accord avec cet enchaînement. Elle croit qu’il serait beaucoup plus logique d’effectuer le TEP maintenant (!), pour savoir plus exactement quelle portion du cancer subsiste, puis planifier les traitements de radiothérapie à la lumière des résultats. Si les résultats du TDM sont négatifs, nous procéderons alors aux 18 jours de traitement, comme prévu (le lymphome peut subsister en quantité microscopique, impossible à détecter avec les radiographies). Si toutefois il est positif, il faudrait prévoir un tout autre schéma thérapeutique. À dire vrai, j’adore cette avenue. Pourquoi n’y avais-je pas pensé?

Alors nous avons reporté l’exploration à un jour où le tomographe par EP serait disponible, ce qui nous renvoyait à demain. La séance de planification est aussi entièrement reportée à demain. Je suis plutôt rassurée de faire tout ça maintenant, puisque j’ai eu des douleurs thoraciques légères durant la fin de semaine, ce qui m’a rappelé les douleurs qui sont à la base de toutes ces épreuves. Il est temps d’avoir le cœur net. Ce type de TEP utilise la distribution de glucose pour illustrer l’activité cellulaire, si bien qu’aujourd’hui, je suis un régime strict sans glucides : pas de pain, ni de riz, ni de pommes de terre, ni de lait, ni de sucre, ni de fruits… seulement de la viande, des œufs et de l’eau pour la journée. Une vrai carnivore!